imprimer la pageexporter en PDFenvoyer la pagepartagers'abonner aux flux RSSRéduire la taille des caractèresAugmenter la taille des caractères
Espace réservé

Merci de vous identifier,
pour accéder à l'espace collaboratif

Mot de passe oublié ?

Retour à l'accueil Panache

Autres réseaux de gestionnaires

Pour répondre aux objectifs des conventions des Mers Régionales (OSPAR, Carthagène, Barcelone, etc.) il est aujourd'hui nécessaire de travailler en réseau à cette échelle.

Ce niveau de coopération permet de se retrouver pour partager des problématiques communes au de-là des frontières nationales et d'être ainsi force de proposition à l'international.


CARAIBES / CamPAM

Le réseau et forum des aires marines protégées caribéens est une démarche régionale pour améliorer la communication et les compétences dans la région Caraïbes.

CaMPAM a été crée en 1997 dans le cadre du programme pour l'environnement aux Caraïbes (programme des Nations Unies pour l'environnement UNEP-CEP) et du protocole pour les aires spécialement protégées (Protocol SPAW) de la convention de Carthagène. Depuis cette date le réseau a reçu le soutient de gouvernements, de fondations, et d'experts. Cette initiative regroupe des chercheures travaillant sur les AMP, des administrations, des gestionnaires et des enseignants.

Eastern Tropical Pacific / CMAR

L'une des zones les plus productives du Pacifique tropical comprend les eaux territoriales de l'Équateur, de la Colombie, du Panama et du Costa Rica, également dénommées « Pacifique tropical ». Cette zone présente des courants majeurs permettant la dispersion des larves planctoniques dans la mer, ainsi qu'une connectivité avérée entre les différentes aires marines protégées de ces pays, au sein desquelles s'effectuent plusieurs migrations d'organismes, importantes sur les plans écologique et économique.

Le CMAR (« Corredor Marino del Pacífico Este Tropical » ou « Couloir marin du Pacifique tropical oriental ») est né d'une rencontre entre les ministres de l'Environnement du Costa Rica, du Panama, de la Colombie et de l'Équateur à San José, au Costa Rica, entre le 31 mars et le 2 avril 2004. Durant cette réunion, les ministres ont signé la « Déclaration de San José », qui a établi la définition, les principes et les objectifs du CMAR. Cette déclaration a défini le CMAR comme une initiative régionale pour la conservation et l'exploitation durable de la biodiversité et des ressources côtières et marines dans la zone d'influence de l'AMP des Îles Galápagos (Équateur), de Malpelo et Gorgona (Colombie), de Coiba (Panama) et des Îles Cocos (Costa Rica).

L'initiative CMAR vise à consolider les opportunités de développement durable dans la région par l'intégration de plusieurs champs d'action.

Asia and the Pacific / LMMA

Le Réseau « Locally-Managed Marine Area » (LMMA) rassemble des intervenants impliqués dans divers projets communautaires de conservation marine autour du globe, essentiellement dans le bassin Indo-Pacifique, qui se sont réunis pour améliorer leurs efforts de gestion. Nous nous intéressons aux conditions dans lesquelles l'utilisation d'une stratégie LMMA fonctionne, ne fonctionne pas, et aux raisons d'un tel constat.

Le Réseau se compose en grande partie de projets de conservation et de gestion des ressources utilisant (ou envisageant d'utiliser) une approche LMMA, et comprend des membres de communautés, des groupes possédant des terres, des leaders traditionnels, des décideurs élus, des personnels du secteur de la conservation, des scientifiques et chercheurs universitaires, et des donateurs.

Le Réseau regroupe les peuples et cultures de l'Asie du Sud-Est, de la Mélanésie, de la Micronésie, de la Polynésie et des Amériques.

arc atlantique / MAIA

Des Iles Shetland aux Açores, du Royaume-Uni au Portugal, la préservation de la biodiversité marine est au coeur des préoccupations nationales, notamment, à travers la création d'aires marines protégées.

Derrière l'acronyme « AMP », il existe une diversité d'outils, d'approches et de finalités qu'il est important de mieux connaitre.

L'objectif des partenaires de MAIA - Marine Protected Areas In the Atlantic Arc - est de valoriser et de partager cette richesse et ces différences pour mieux se comprendre et ainsi favoriser le développement d'un réseau d'aires marines protégées cohérent, efficace et accepté sur l'arc atlantique.

Pour accompagner ce processus, le réseau MAIA :

  • Favorise et structure le partage d'expériences, la mise en commun des approches ;
  • Travaille à l'élaboration de méthodologies communes ;
  • Participe à l'émergence d'un réseau humain de gestionnaires d'aires marines protégées.

 

Méditerranée / MedPAN

MedPAN est le réseau des gestionnaires d'aires marines protégées en Méditerranée.
L'objectif du réseau est d'améliorer l'efficacité de gestion des aires marines protégées en Méditerranée. Le réseau MedPAN est constitué à ce jour de plus de 26 membres, principalement de gestionnaires d'aires marines protégées de tout le bassin méditerranéen, et de 16 partenaires désireux de contribuer à la création et au renforcement du réseau.

Ces partenaires gèrent plus de 30 aires marines protégées et travaillent à la création de plusieurs sites. Depuis 1990, le réseau MedPAN s'attache à fédérer les gestionnaires d'aires marines protégées (AMP) en Méditerranée et à les soutenir dans leurs activités de gestion.

Devenu association loi 1901 fin 2008 et doté d'un secrétariat permanent depuis fin 2009, MedPAN a pour objet de promouvoir la création, la pérennisation et le fonctionnement d'un réseau méditerranéen d'aires marines protégées.

North America / NAMPAN

Le « North American Marine Protected Areas Network » (NAMPAN) représente un réseau trinational d'organismes ressources, de gestionnaires d'aires marines protégées (AMP), et d'autres experts compétents. Il vise à la mise en valeur et au renforcement de la conservation de la biodiversité dans les habitats marins critiques, ainsi qu'au soutien d'un réseau global d'AMP en Amérique du Nord. Le réseau NAMPAN regroupe à la fois d'importantes zones marines et les institutions et personnes associées à celles-ci.

North-East Asia / NEASPEC

Le « North-East Asian Subregional Programme for Environmental Cooperation » (NEASPEC) a été créé en 1993 en tant que mécanisme complet de coopération intergouvernementale réunissant les six pays d'Asie du Nord-Est, à savoir la Chine, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le Japon, la Mongolie, la République de Corée (RDC) et la Fédération de Russie, afin de répondre conjointement aux défis environnementaux de cette sous-région.

Afrique de l'Ouest/ RAMPAO

Le Réseau a pris naissance suite aux recommandations du premier FORUM du Programme Régional de Conservation de la Zone Côtière et Marine en  Afrique de l'Ouest (PRCM) qui s'est tenu à Conakry en mai 2004. Cette Stratégie a obtenu un soutien politique fort des Etats, qui s'est traduit par une Déclaration de Politique Générale signée par 10 ministres chargés de l'environnement et de la pêche dans 6 pays: le Cap-vert, la Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, la Mauritanie et le Sénégal.

Suite  à un long processus de réflexion et de concertation entre les responsables d'AMP et les différentes institutions impliquées dans la gestion des ressources marines et côtières,  le réseau régional d'AMP en Afrique de l'Ouest, RAMPAO, a été créé officiellement par quinze AMP membres lors de l'Assemblée Constituante  qui s'est tenue le 16 avril 2007 à Praia au Cap Vert.

Outre-mer Français / Te Me Um

Te Me Um - TErres et MErs UltraMarines - est un programme d'informations, d'échanges, de formations et de coopération en outre-mer. Depuis 2009, des actions locales ont été mises en place. Elles répondent aux besoins exprimés par les organismes gestionnaires des espaces naturels ultramarins. 

L'outre-mer est constitué de territoires parmi les plus riches de la planète en terme de biodiversité qui confèrent à l'État français 97% de son domaine marin, le deuxième au monde. Ce patrimoine représente des enjeux prioritaires de protection et de gestion durable. Pour cette raison, de nombreux espaces naturels protégés ont été mis en place dans les collectivités françaises d'outre-mer. Dans ces territoires, les gestionnaires de ces sites font face à de nombreuses difficultés.

Western Indian Ocean / WIOMSA

La « Western Indian Ocean Marine Science Association » (WIOMSA) est une organisation mutuelle professionnelle régionale, non-gouvernementale et à but non lucratif, constituée à Zanzibar en Tanzanie. L'organisation est spécialisée dans la promotion du développement pédagogique, scientifique et technologique de toutes les facettes des sciences marines à travers la région de l'océan Indien occidental (Somalie, Kenya, Tanzanie, Mozambique, Afrique du Sud, Comores, Madagascar, Seychelles, Maurice, La Réunion (France)), en vue d'une exploitation et d'une conservation durables de ses ressources marines.

Les adhérents interdisciplinaires de l'organisation comprennent des scientifiques marins, des intervenants côtiers et des institutions impliquées dans l'avancement de la recherche et du développement scientifiques marins.

 

 

A group of snakelock anemones (Anemonia viridis) discovered on the rocky shore area at Freshwater Bay, SW Isle of Wight during our intertidal surveys on the 26th May 2013.

Amy Marsden / Hampshire & Isle of Wight Wildlife Trust

haut page

Site mis à jour le 03/05/2015
Logos Interreg et Fond européen de développementLogos Partenaires PanacheLogos OFBLogos Marianne